Réparations du violon

Le violon est un instrument globalement fragile par la nature même de ses composants, principalement des morceaux de bois collés.


Catégories :

Lutherie - Artisanat du bois - Bois

Recherche sur Google Images :


Source image : fr.wikipedia.org
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Le vernis à l'essence est recommandé par Tolbecque dans son ouvrage L'art du .... Un millimètre d'épaisseur a été retiré à la table. Avant la réparation.... la technique et le sens de la découverte, chaque pièce de bois étant unique.... (source : bellefeuille-violons)

Le violon est un instrument globalement fragile par la nature même de ses composants, principalement des morceaux de bois collés. Il peut par conséquent être sujet à de nombreuses avaries. Quoique le violoniste remplisse lui-même quotidiennement les tâches les plus élémentaires d'entretien, plusieurs cas peuvent nécessiter l'intervention d'un artisan spécialisé, le luthier.

Fractures

Le luthier procède au démontage de l'instrument : il enlève les cordes, les chevilles, le chevalet, l'âme, le bouton, le cordier, le sillet et la touche. Puis il détable, c'est-à-dire qu'il décolle la table des éclisses au couteau, ou alors le fond des éclisses aussi. L'ensemble des petits fragments de bois un peu branlants, ou issus de la table et restés accrochés aux éclisses, sont détachés proprement et recollés. Les fêlures éventuelles dues au détablage sont réparées sur le moment par collage. À chaque fois qu'on emploie de la colle, il faut veiller à ne pas en laisser sur le vernis, ce qui l'abîme énormément[1].

La barre, les taquets et les gouttes de colle sont décollés à la gouge, puis on lessive la table : on imbibe d'eau chaude les parties à nettoyer de la vieille colle, puis on l'éponge et on en remet. On peut alors coller particulièrement soigneusement chaque fracture de la table qui a été constatée, une par une, en laissant sécher entre chaque opération[2].

Déformations de la voûte

Schéma du montage.

À cause d'une mauvaise conception du chevalet, d'une épaisseur trop faible de la table ou de défauts de l'âme ou de la barre, la forme de la voûte de la table peut être altérée. Le principe de la réparation consiste alors à mettre sous une presse et dans l'ordre suivant :

La totalité est laissé ainsi vingt-quatre heures, sans trop serrer pour éviter que les fibres de la table ne soient compressées[3].

Doublages

Le doublage consiste à coller une pièce de bois supplémentaire à une partie de l'instrument devenue trop mince et trop fragile. Plusieurs doublages sont envisageables. Dans l'ensemble des cas, l'opération n'a lieu que sur une table saine, c'est-à-dire dont les fractures ont été réparées et la forme de la voûte corrigée.

La pièce d'âme est positionnée sous le pied droit du chevalet. Elle est de forme circulaire ou elliptique, et son diamètre peut fortement fluctuer selon l'ampleur de la partie concernée (de deux à cinq centimètres de long à peu près). Elle se colle avec peu de soin à cause de sa taille réduite ; on néglige le sac de sable, par exemple[4]. Elle est ensuite retravaillée sur ses bords pour que l'épaisseur de la table soit régulière après l'opération et ne soit pas bombée au niveau de la réparation.

Le doublage de poitrine intéresse une fraction plus importante de la table : la pièce est par conséquent posée avec soin, et laissée à sécher deux jours sous la presse.

Le doublage sur bloc consiste à tout doubler. On réduit alors l'épaisseur de la table à un millimètre, on construit la pièce ayant précisément la forme de la table, puis la contre-partie sur laquelle reposera la table sous presse, on encolle, on intercale les feuilles savonnées et on met sous presse[5].

Les bords peuvent aussi être doublés, ce qui est cependant délicat : il faut scier les bords en mauvais état en gardant la plus large partie centrale envisageable, puis concevoir de nouveaux bords dont la largeur de fibre et la teinte devront être proches de celles de la table, car ces nouvelles pièces sont visibles, à la différence des doublages expliqués auparavant.

Le fond peut être sujet à des fractures, par exemple si le chevalet a reçu un coup vertical violent : le choc se répercute via l'âme sur le fond, ce qui peut nécessiter comme pour la table un doublage. En cas d'avarie plus importante, une pièce de poitrine, plus large, sera appliquée, sa forme s'adaptant au fond non par une taille exacte mais lors du serrage : on parle alors de pièce en bois forcé[6].

Le talon, point d'attache du manche, peut être arraché. En effet, sur les vieux instruments, le manche n'était pas cloué mais collé à plat, ce qui ne résistait pas forcément à la traction des cordes. Ce problème se règle par le doublage intérieur d'une partie.

Éclisses, soutiens, retablage

La sueur abîme le vernis et peut par conséquent rendre indispensable le changement d'une partie d'éclisse à droite du manche. On construit par conséquent la nouvelle partie d'éclisse, qu'on courbe ; puis on amincit aux abords du collage les deux pièces, de façon à les faire se chevaucher en épaisseur, ce qui donnera de la solidité à la réparation. Là aussi, les problèmes de la largeur des fibres et de la teinte se posent. Les éclisses peuvent aussi être rehaussées si leur trop faible hauteur nuit à la puissance sonore de l'instrument.

Les fractures qui ont été réparées sont fréquemment soutenues par des taquets, petites pièces de bois semblables à celles posées sur le joint du fond lors de la fabrication du violon. Leur nombre ne doit cependant pas être trop important, car de toute évidence ils gênent la propagation du son. [7]

Après avoir fait l'ensemble des réparations nécessaires sur le fond et la table, on procède au retablage. Le luthier vérifie l'épaisseur des zones réparées, recolle les éclisses au fond, puis la table aux éclisses, en laissant sécher à chaque fois.

Tête et raccords

Les chevilles, sous la traction des cordes, peuvent déchirer leurs emplacements. Si on tient à conserver la tête pour sa beauté, la difficulté est de conserver le haut des emplacements (appelés joues du chevillier) en y adjoignant une nouvelle pièce pour le bas.

Si le manche est défectueux, mais qu'on conserve la tête, on pratique une enture du manche : la tête est encastrée dans le manche, passant sous lui.

Enfin, l'ensemble des pièces neuves sont de couleur différente des pièces originales car elles n'ont pas été vernies. Le luthier effectue par conséquent des raccords de vernis, avec une base peu colorée (pour ne pas qu'elle s'impose à la couleur originale), à laquelle il ajoute progressivement les colorants. Puis il le polit, et essuie l'instrument avec un lainage imprégné d'huile de lin, pour redonner à la totalité un aspect net et brillant[8].

Autres réparations

Voir aussi

Notes et références

  1. Tolbecque, p. 209
  2. Tolbecque, p. 210
  3. Tolbecque, p. 214
  4. Tolbecque, p. 216
  5. Tolbecque, p. 218–219
  6. Tolbecque, p. 225
  7. Note : Tolbecque dit avoir vu sur des tables de violoncelles plus de soixante taquets, ce qu'il déplore. Tolbecque, p. 231
  8. Tolbecque, p. 244
  9. Note : Tolbecque propose ainsi la benzine, le sulfure de carbone et le pyrèthre (Tolbecque, p. 249)

Recherche sur Amazone (livres) :



Principaux mots-clés de cette page : table - pièce - tolbecque - éclisses - puis - parties - doublages - fond - instrument - bois - forme - manche - conséquent - luthier - fractures - épaisseur - réparation - violon - chevalet - âme - ensemble - réparées - colle - vernis - opération - presse - bords - tête -

Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9parations_du_violon.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 14/12/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu