Hector Guimard

Hector Guimard est un architecte français et le représentant majeur de l'Art nouveau en France.


Catégories :

Hector Guimard - Architecte français - Designer français - Architecte de l'Art nouveau - Art nouveau en France - Naissance à Lyon - Designer de mobilier - Ébénisterie - Artisanat du bois - Bois - Naissance en 1867 - Décès en 1942 - Métro de Paris - Céramique - Artiste du métro de Montréal

Recherche sur Google Images :


Source image : commons.wikimedia.org
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Hector Guimard. (1867-1942) French architect. Guimard introduced Art Nouveau in Paris.... Guimard will stay the leader of Art Nouveau in Paris.... (source : artnouveau.pagesperso-orange)
  • Le Paris d'Hector Guimard.... Hector Guimard (Lyon 1867, New-York 1972). 10 rue Agar.... Le cercle Guimard a pour but la promotion d'Hector Guimard.... (source : fabrice.terrasson.free)
  • Le site du lycée professionnel du Bâtiment Hector GUIMARD - PARIS. (source : lyc-hector-guimard.scola.ac-paris)
Hector Guimard - Marquise de l'édicule Dauphine - 1900

Hector Guimard (Lyon, 10 mars 1867New York, 20 mai 1942) est un architecte français et le représentant majeur de l'Art nouveau en France.

Dans la mouvance internationale de ce style, Guimard fait figure de franc-tireur : il ne laisse aucun disciple derrière lui, aucune école et c'est pourquoi il a longtemps été reconnu comme un acteur secondaire de ce mouvement. Cette absence de postérité contraste avec la profusion formelle et typologique extraordinaire de son œuvre architecturale et décorative, où l'architecte donne le meilleur de lui-même en une quinzaine années d'activité créatrice.

Les années d'étude

Hector Guimard - La rampe de l'immeuble Jassedé - 1903

Hector Guimard étudie l'architecture à Paris de 1882 à 1885 auprès d'Eugène Train et de Charles Génuys à l'École nationale des arts décoratifs et est diplômé de l'École nationale supérieure des beaux-arts en 1889 après avoir suivi l'enseignement de Gustave Raulin. C'est surtout auprès de lui que le jeune Guimard est sensibilisé aux théories d'Eugène Emmanuel Viollet-le-Duc, qui jette les bases dès 1863 avec ses Entretiens sur l'architecture des futurs principes structurels de l'Art nouveau. C'est aussi le style médiévisant de ce dernier qui détermine l'aspect des premières œuvres de Guimard : l'hôtel Roszé (1891), l'hôtel Jassedé (1894), et en particulier l'Ecole du Sacré Cœur (1895).

La conversion de Guimard au style linéaire qui reste actuellement attaché à son nom est quant à elle plus circonstanciée : elle se fait lors d'un voyage à Bruxelles, où il visite l'hôtel Tassel de Victor Horta. La réalisation la plus emblématique de cette époque, le Castel Béranger (1898), illustre ce moment de transition qui voit le choc entre ces deux héritages : sur les volumes géométriques d'inspiration médiévale du gros œuvre se répand à profusion la ligne organique «en coup de fouet» importée de Belgique.

Une gloire fulgurante

Le Castel Béranger rend Guimard célèbre du jour au lendemain et de nombreuses commandes lui permettent alors d'affiner toujours davantage ses recherches esthétiques – l'harmonie et la continuité stylistiques surtout (un parfait majeur de l'Art nouveau), qui le poussent à une conception quasi totalitaire du décor intérieur, culminant en 1909 avec l'hôtel Guimard (cadeau de noce à sa riche épouse américaine) où des pièces ovoïdes imposent des meubles uniques, partie intégrante de l'édifice.

Hector Guimard - Entourage de la station Palais-Royal - 1900

Si le puits de lumière propre à Victor Horta est une donnée plutôt absente de son œuvre (sauf dans l'exemple tardif de l'hôtel Mezzara, de 1911), Guimard n'en mène pas moins des expériences spatiales surprenantes, dans la volumétrie de ses constructions surtout : la maison Coilliot et sa troublante double-façade (1898), la Bluette et sa belle harmonie volumétrique (1898), et en particulier le Castel Henriette (1899) et le Castel d'Orgeval (1905), manifestations radicales d'un «plan-libre» vigoureux et asymétrique, vingt-cinq ans avant les théories de Le Corbusier. La symétrie n'est cependant pas proscrite : le magnifique hôtel Nozal, en 1905, reprend la disposition rationnelle d'un plan en équerre proposé par Viollet-le-Duc.

Les innovations structurelles ne manquent pas non plus, comme dans l'extraordinaire salle de concert Humbert-de-Romans (1901), où une charpente complexe fractionne les ondes sonores pour aboutir à une acoustique idéale ; ou comme dans l'hôtel Guimard (1909), où l'étroitesse de la parcelle autorise l'architecte de rejeter toute fonction porteuse sur les murs extérieurs et de libérer ainsi l'agencement des espaces intérieurs, différent d'un étage à l'autre ; etc.

Génial touche-à-tout, Guimard est aussi un précurseur de la standardisation industrielle, étant donné qu'il souhaite diffuser le nouvel art à grande échelle. Sur ce plan il connaît une véritable réussite – malgré les scandales – avec ses célèbres entrées du Métro parisien, constructions modulables où triomphe de principe de l'ornement structurel de Viollet-le-Duc. L'idée est reprise – mais avec moins de succès – en 1907 avec un catalogue d'éléments en fonte applicables à l'architecture : Fontes Artistiques, Style Guimard.

Comme pour le cadre architectural global, la conception intrinsèque de ses objets d'art procèdent du même parfait de continuité formelle (qui sert à fusionner l'ensemble des fonctions pratiques dans un corps unique, comme pour le Vase des Binelles, de 1903) – et linéaire, comme dans le dessin de ses meubles, à la silhouette gracile et harmonieuse.

Son vocabulaire ornemental inimitable procède d'un organicisme végétal spécifiquement suggestif, tout en restant fermement sur le versant de l'abstraction. Moulurations et remous nerveux investissent ainsi tant la pierre que le bois ; dans l'aplat, Guimard crée de véritables compositions abstraites qui s'adaptent avec la même aisance au vitrail (hôtel Mezzara, 1910), au panneau de céramique (maison Coilliot, 1898), à la ferronnerie (Castel Canivet, 1899), au papier peint (Castel Béranger, 1898) ou au tissu (hôtel Guimard, 1909).

Plusieurs de ses réalisations peuvent être vues rue La Fontaine dans le 16e arrondissement de Paris.

L'oubli

Hector Guimard - Le vestibule de la maison Coilliot - 1898

Mais malgré ce feu d'artifice d'innovations et de démonstrations tous azimuts, le monde se détourne rapidement de Guimard : moins que l'œuvre, c'est l'homme qui agace. Et en digne représentant de l'Art nouveau, il est lui-même victime des contradictions inhérentes aux idéaux du mouvement : ses créations les plus achevées sont financièrement inaccessibles au plus grand nombre, ainsi qu'à l'inverse ses tentatives de standardisation cadrent mal avec son vocabulaire particulièrement personnel. C'est finalement totalement oublié qu'il s'éteint à New York en 1942, où la crainte de la guerre l'avait fait s'exiler (sa femme est juive).

La redécouverte

Après de trop nombreuses destructions, des explorateurs isolés (les premiers «hectorologues») partent à la redécouverte de l'artiste et de son univers vers les années 1960-1970 et reconstituent patiemment son histoire. Si la majeure partie a été fait de ce point de vue, il reste que, cent ans après le «geste magnifique» de l'Art nouveau (Le Corbusier), la majorité des édifices d'Hector Guimard demeurent inaccessibles au public, et qu'un musée Guimard n'a toujours pas été inauguré en France.

Chronologie

Hector Guimard - Le porche de l'hôtel Guimard - 1909

Galerie

Voir aussi

Hector Guimard - L'enseigne de la maison Coilliot - 1898

Bibliographie

Liens externes

Recherche sur Amazone (livres) :



Principaux mots-clés de cette page : guimard - paris - hector - hôtel - rue - art - castel - 1898 - école - immeuble - arrondissement - œuvre - béranger - maison - coilliot - villa - 1900 - nouveau - jassedé - 1903 - 1909 - constructions - xvi - style - décoratifs - entrées - fonte -

Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Hector_Guimard.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 14/12/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu