Frank Lloyd Wright

Frank Lloyd Wright est un architecte américain.


Catégories :

Naissance en 1867 - Naissance au Wisconsin - Décès en 1959 - Bâtiment de Frank Lloyd Wright - Architecte américain - Urbaniste américain - Théoricien de l'architecture - Designer de mobilier - Ébénisterie - Artisanat du bois - Bois - Personnalité unitarienne - Mouvement moderne (architecture)

Recherche sur Google Images :


Source image : ad.bleublog.lematin.ch
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Frank Lloyd Wright (born Frank Lincoln Wright, June 8, 1867 – April 9, 1959... (source : en.wikipedia)
  • Frank Lloyd Wright, fl wright, fl wright, architect in the Great Buildings Online. (source : greatbuildings)
  • An overview of Frank Lloyd Wright's 70-year career and a'webliography'of internet resources related to Wright and his works. (source : delmars)
Frank Lloyd Wright
Frank Lloyd Wright
Frank Lloyd Wright
Présentation
Naissance 8 juin 1867
Richland Center, Wisconsin
Décès 9 avril 1959
Phœnix, Arizona
Mouvement (s) Architecture moderne
Œuvre
Réalisations Fallingwater
immeuble de la Johnson Wax
Solomon R. Guggenheim Museum
Projets Florida Southern College
Broadacre City

Frank Lloyd Wright (8 juin 1867, Richland Center, Wisconsin, États-Unis - 9 avril 1959, Phœnix, Arizona) est un architecte américain.

Formation

Article détaillé : École de Chicago (architecture) .
La Robie House construite entre 1906-1909, à Chicago.

Après des études d'architecture pendant lesquelles il travaille en parallèle chez un architecte, en 1889, il s'installe à Chicago dans l'Illinois[1]. Il y travaille pour le compte des cabinets d'architecture de L. Silsbee puis d'Adler et Sullivan (1856-1924). Ces derniers représentent l'école de Chicago, et Wright y travailla pendant six ans sur des projets de maisons individuelles. C'est là qu'il prend la majeure partie de sa formation et une partie de son inspiration dans ce domaine. Il devient ami avec Sullivan qui lui enseigne tout ce qu'il sait. Mais la séparation est brutale car Wright concevait des maisons pour son propre compte pendant ses heures libres. Il est par conséquent licencié. Durant cette période, il épouse Catherine Tobin, avec qui il eut six enfants. En 1889, il emprunte 5 000  à Sullivan (environ 150 smics) pour construire une maison à Oak Park, dont le style préfigure de futures réalisations. Elle se compose d'un grand puits central apportant vie et lumière à l'habitation.

Un fondateur de l'architecture moderne

En 1893, il découvre l'architecture japonaise à l'exposition colombienne. C'est le palais Katsura, reconstitution d'un temple shinto, qui l'avait le plus impressionné. Ce sera pour lui une révélation, et il se met à consacrer la majorité de son temps libre à élaborer des projets d'architecture. Quand Louis Sullivan découvre cette seconde activité de Wright la même année, il le licencie.

Wright démarre alors sa carrière d'architecte en ouvrant son agence à Oak Park et en signant une première commande dans les semaines qui suivent : ce fut la maison Winslow. Les quelques bâtiments qu'il dessine ensuite n'offrent cependant pas de style particulièrement personnel.

En 1894, il refuse une proposition d'aller étudier l'architecture classique pour quatre années tous frais payés[style à revoir] par l'architecte Burnham (1846-1912) à l'école des beaux-arts de Paris plus[style à revoir] deux années à Rome. Il y répond : «J'aime mieux être libre et rater mon coup, et être sot, que d'être lié à quelques succès de routine. Je n'y vois pas de liberté… voilà tout.»[2]

Sa conception de l'architecture

Wright perçoit les pièces d'un bâtiment comme des organes autonomes qui forment un corps cohérent. Il pousse l'ressemblance avec le monde vivant jusqu'à prétendre que la construction doit représenter la croissance d'un être vivant. Cela explique la haine que Wright nourrissait vis-à-vis des grandes villes, surtout Chicago. Cette haine le poussa à ne construire que de très rares (mais notables) bâtiments dans des grandes agglomérations.

Les Prairie Houses

À partir de 1897 son style se révèle, avec les «maisons de la prairie» (Prairie Houses) dont sa maison d'Oak Park est un précurseur ; ce sont des pavillons d'un seul tenant ou en plusieurs parties reliées entre elles, dont Wright soigne spécifiquement l'intégration au paysage par le biais de l'horizontalité. Il essaie aussi de tenir compte des contraintes que le climat continental de la région impose, multipliant les différences de hauteur des plafonds de façon à éclairer et ventiler les pièces. Ces innovations passent par l'utilisation d'une combinaison de matériaux respectant les traditions (la pierre pour les façades et les sols) et novateurs pour l'époque : béton, acier qui servent de support à des claire-voies, des toits débordants, des terrasses en encorbellement ou de grandes baies. Wright se positionne alors en rupture avec l'architecture classique européenne. Il s'intéresse à définir un style qu'il qualifie d'organique, inspiré pour une part de son maître Sullivan, et qu'il estime pouvoir devenir un fondement neuf de la culture américaine. Dans cet parfait qui ne recherche pas particulièrement à imiter la nature, la forme des parties de la maison doit découler de leurs fonctions, alors que forme et fonction ne doivent faire qu'un.

Rencontre de l'avant-garde européenne

En 1904, Frank Lloyd Wright dessine le Larkin Building   (en) à Buffalo qu'il organise autour d'un grand puits central éclairé par le haut et sur lequel donnent les pièces de chaque étage. L'immeuble s'ouvre par conséquent vers l'intérieur et ménage une grande salle commune en son cœur. En utilisant la pierre et la brique, en découpant des plans horizontaux, Wright refuse la standardisation des immeubles

En 1909, Wright vit une période complexe et a le sentiment d'être parvenu à ses limites. Il part alors s'installer en Europe. Il abandonne au passage sa première femme et ses enfants, tout en emmenant la femme de l'un de ses clients : Mamah Cheney. Wright fréquente et influence alors les architectes d'avant-garde en Autriche, en Allemagne ainsi qu'aux Pays-Bas, dont Gropius et Mies van der Rohe (qui ont fondé le Bauhaus). Il publie un portfolio en 1910 : Wasmuth. Ce document contient les dessins de ses projets. La même année, il expose certaines de ses œuvres à Berlin.

En 1911 il retourne dans le Wisconsin, où il fonde la communauté unitarienne de Spring Green   (en) . Il y construit une série de bâtiments à la fois communautaires, domestiques et agricoles sur un terrain offert par sa mère, et baptise la totalité Studio Taliesin   (en) . C'est là qu'il s'installe avec Mamah. Il démarre là une seconde carrière.

Sa maison de Taliesin brûla deux fois, la première en emportant 7 personnes dont sa femme ; à chaque fois, Wright la fit reconstruire.

Éclectisme de sa production

Frank Lloyd Wright, Hollyhock House, Los Angeles

Mais en 1917, un voyage au Japon marque un tournant décisif dans sa carrière. Son intérêt pour l'architecture japonaise est renouvelé par ce qu'il y a vu. En 1934, il débute une série de maisons dites «usoniennes» («Usonian Homes»). Ce sont de petites maisons, comme la Willey house. Wright fut le précurseur d'une architecture nouvelle par des réalisations à l'architecture unique comme la Maison de la cascade (Fallingwater house) ou le musée Guggenheim à New York. Jusqu'en 1937, il construit des maisons, tout en adoptant de nouvelles techniques au fur et à mesure.

Wright a aussi écrit des ouvrages à propos de l'architecture. Son œuvre a profondément marqué le développement de l'architecture contemporaine, aux États-Unis et en Europe. Il influença par la même occasion divers courants artistiques, dont l'expressionnisme.

Au total, Wright a dessiné près de 800 projets, dont une bonne moitié ont été réalisés.

Taliesin West , une idée communautaire

Comme énormément d'Américains de l'époque, Wright participait à cet parfait nomade de vie sur les routes et de voyages à travers les différents États.

Lorsque arrive la crise de 1929 Wright n'a plus de travail à Chicago. Comme énormément de ses confrères, Wright dut faire face à une période de récession. Il part alors vers Phœnix avec ce qui lui reste de son agence, et pense ouvrir à Taliesin West , une école d'architecture pour pouvoir subvenir à ses besoins. Comme l'ensemble des américains, Wright sembla particulièrement marqué par la crise de 1929, qui reste toujours actuellement une date charnière dans l'histoire de ce pays.

Cette crise a été génèrée par l'artificialité de la spéculation boursière, mais c'est aussi une crise plus profonde de la terre et de la main d'œuvre agricole. La crise de 1929 amène un replis identitaire de l'Amérique, auquel Wright n'échappe pas. Cette période marque un tournant dans son œuvre. Wright comme architecte ressent le besoin de se repositionner comparé à la société ainsi qu'aux valeurs américaines.

Ce fut une période de remise en cause des idées sur l'architecture et sur la place même de l'architecte dans la société. Wright tenta de formuler un nouveau rôle pour l'architecte. Il lui incombe désormais de restructurer l'ordre social américain.

En 1928 apparaît le terme «Usonie», qui sert à désigner pour Wright l'idéal démocratique vers lequel l'Amérique doit tendre. Ce terme définit simplement la construction de maisons individuelles en grande série et peu cher.

Taliesin est actuellement ouvert au public, vestige de l'esprit communautaire de Wright et de son enseignement. Plus de soixante-dix projets furent créés dans cette école. De nombreuses visites sont organisées pour les groupes. Ces photographies proviennent précisément de visite de groupe. L'aspect paysager n'a pas été oublié : piscine, plantations... il est par conséquent agréable de parcourir le site.

Quelques réalisations notables

Fallingwater house (ou Maison de la cascade), Pennsylvanie (1936)

Autres réalisations importantes :

Projets importants :

Livres

Notes et références

  1. Hélène Trocmé, «Mille et une tours», dans L'Histoire (ISSN 0184-2339) , no 339, février 2009, p. 62
  2. Source : Autobiographie 1932

Voir aussi

Liens externes

Recherche sur Amazone (livres) :



Principaux mots-clés de cette page : wright - frank - lloyd - architecture - maisons - house - chicago - taliesin - architecte - 1959 - new - york - école - illinois - park - style - œuvre - réalisations - fallingwater - américain - sullivan - période - oak - paris - grandes - prairie - west - crise - isbn - press -

Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Frank_Lloyd_Wright.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 14/12/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu