Famille Dagly

Au XVII e siècle, la dynastie des «vernisseurs» ou «laqueurs» Dagly de Spa, en principauté de Liège, s'est distinguée par l'invention d'un vernis spécifique qui porte actuellement son patronyme.



Catégories :

Famille célèbre - Spa

Recherche sur Google Images :


Source image : fr.wikipedia.org
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • XVIe siècle à Spa les Dagly, dynastie de laqueurs, réussirent des imitations.... Le bois de Brésil est une espèce de la famille des . Cæsalpiniace, selon la classification... sur la finition (peinture au lait, teinture et vernis), ... (source : lamemoiredelartisan)

Au XVIIe siècle, la dynastie des «vernisseurs» ou «laqueurs» Dagly de Spa, en principauté de Liège, s'est distinguée par l'invention d'un vernis spécifique qui porte actuellement son patronyme. Elle a participé à la renommée européenne des Jolités de Spa, et fait la fierté de la cour du roi Frédéric Ier de Prusse, avec Gérard Dagly (1660 - ca. 1715), puis de la Manufacture royale des meubles de la couronne, les Gobelins, sous Louis XIV, avec Jacques Dagly (1665-1729), en brisant le monopole de la Hollande qui resta longtemps l'unique importatrice de laques japonaise (le goût pour l'orient mythique). La dynastie Dagly réussit des imitations fort prisées.

La dynastie

La dynastie des Dagly de Spa a traversé tout le XVIIe siècle. C'est une dynastie avant tout de «vernisseurs» ; selon les données généalogiques connues à ce jour, sept Dagly ont été fabricants de vernis, décorateurs, et trois ont été peintres. Ce nouveau vernis a donné une qualité unique aux Jolités de Spa, ou ouvrages de Spa, qui ont beaucoup contribués à la notabilité mondiale de la ville d'eau. Avec la dynastie des dessinateurs Leloup de Spa, elle est précurseur et alliée d'ainsi qu'à celle des peintres, dessinateurs, graveurs, ciseleurs, tourneurs Xhrouet de Spa. Dans le domaine des inventions, on fera le rapprochement avec le peintre Philippe Xhrouet, créant la nouvelle couleur de porcelaine, rose-Pompadour en 1757 à la Manufacture royale de Sèvres (Paris).

La dynastie des Dagly est le fait principal des familles des peintres et frères, Jean Dagly (x1649) et Jacques Dagly (x1654?). Les descendants du premier se consacreront aux Jolités de Spa qui y sont produites, ceux du deuxième, à la production mondiale de la dynastie à Berlin ainsi qu'à Paris. On notera qu'au même titre que les Leloup et les Xhrouet, cette dynastie de Spa s'est doublée des fonctions de magistrats de la ville d'eau en plein essor qui deviendra le «Café de l'Europe».

Gérard Dagly

Né à Spa en 1660 de l'union de Jacques Dagly, peintre, et Elisabeth Defaaz. Il sera le plus notablement connu de la dynastie Dagly. Il sera en premier lieu fabricant de vernis, décorateur, à Spa à l'instar de ses quatre cousins et de son frère, Jacques Dagly. Dans les années 1680, il s'installera à Berlin et y ouvrira en 1686 une manufacture de meubles qui connu un grand succès. Ses meubles dans le style baroque étaient connus à Paris sous le nom de «cabinet de Berlin ». Son frère le rejoignit et participa au succès de la manufacture. De nombreux artistes furent constitués à la manufacture Dagly dont Martin Schnell qui rentrera au service d'Auguste II de Pologne et qui contribua au succès des meubles vernis à Dresde.

Gérard, ou Gerhard, Dagly réalisait aussi des clavecins et des boîtes à tabac, des pommeaux de cannes, des gardes d'épées. Il inventa des méthodes d'application de l'argent verni, en place des feuilles d'or, sur les livres et les cuirs. Il fit aussi des recherches sur la restauration des vernis des toiles de peintres. Et publiera en 1706, le «Recueil des mémoires des diverses expériences fait au sujet de la conservation des tableau». En plus, il promu des méthodes de taxidermie comme de protection des pierres, plâtres, métaux et bois.

Il fut aussi responsable de la décoration intérieure de la cours de Frédéric Ier en 1687, puis appelé Intendant des ornements du roi en 1696. En 1713, Frédéric-Guillaume Ier de Prusse, dit le roi Sergent, succédant à son père, arriva au pouvoir et licencia l'ensemble des artistes et supprima une centaine de charges de la cour sur cent cinquante. Gérard Dagly ferma sa manufacture et mourut en ca. 1715.

A contrario, la fille aînée de Frédéric-Guillaume, Wilhelmine de Bayreuth (1709-1758), ayant épousé le margrave Frédéric de Bayreuth, donnera à leur marquisat ses lettres de noblesse et de raffinement. Son frère, Frédéric II de Prusse, dit le Grand (1712-1786) sera le 14e prince-électeur de Brandenburg et le 3e roi de Prusse en 1740, à la mort de leur père. Le tourneur d'ornement, Lambert Xhrouet de Spa, sera nommé plusieurs fois à la cour de Bayreuth.

Jacques Dagly

Né à Spa en 1665, frère benjamin de Gérard Dagly, fabricant de vernis à Spa, décorateur, il le rejoignit à Berlin à la manufacture de meubles et contribua à son succès. Suite à l'arrivée au pouvoir de Frédéric-Guillaume de Prusse, il rejoignit Paris, aux Gobelins, Manufacture royale des meubles de la couronne, sous Louis XIV et la direction de Pierre de Cotte (1699-1735) où il contribue à la mise au point du vernis dit des Gobelins. Il participe avec le peintre Antoine Watteau pour un meilleur rendu de ses toiles. Le peintre de Spa, Mathieu-Antoine Xhrouet, allié avec la famille Dagly, réalisera dans le même temps, de nombreux vélins pour les Gobelins. Jacques Dagly décèdera en 1729.

Schéma généalogique

Jean le Dagly (x1593), bastonnier, bourgmestre

  1. Jean le Dagly (x1622), peintre, échevin
    1. Jean Dagly (x1649), peintre
      1. Nicolas Dagly (°1651), fabricant de vernis
      2. Lambert Dagly (°1655), fabricant de vernis
      3. Gérard Dagly (°1657), fabricant de vernis
        1. Jean Gérard Dagly (x1715-1770), fabricant de vernis
      4. Remacle Dagly (°1665), fabricant de vernis
    2. Jacques Dagly, peintre
      1. Gérard Dagly (1660-ca. 1715), inventeur, fabricant de vernis, Intendant des ornements de Frédéric Ier à Berlin
      2. Jacques Dagly (1665-1729), fabricant de vernis, Gobelins à Paris

Tableau généalogique dans : [1] Histoire de Spa et généalogie des familles spadoises.

Blason

Dagly blasonne[1] : D'argent au chevron d'or, accompagné de trois quintefeuilles de gueules. Un odonyme sera attribué à la famille Dagly à Spa. Les Dagly, orthographié quelquefois d'Agly, trouvent leurs origines dans les familles du patronyme «le Dagly» et avant eux «le Daglier», issu ? de Colin Bredar, maître de forges, fondateur de Spa au début du XIVe siècle. Cette famille était l'une des plus énormes de l'ancien Spa.

Références
  1. Extrait d'un manuscrit se trouvant à l'Abbaye du Val-Dieu, à Aubel, pays de Herve.

Liens externes

Bibliographie

  • Hans Huth, Lacquer of the West, Chicago, 1971, pl. 166
  • M. Kühlenthal, Japanische und europäische Lackarbeiten : Rezeption, Adaption. Restaurierung : Japanese and European lacquerware : adoption, adaption, conservation, 2000, 602 pp., ill. (ISBN 3-87490-703-1)
  • Encyclopédie Britannica

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Famille_Dagly.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 27/05/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu