Chêne

Le chêne est le nom vernaculaire de nombreuses espèces d'arbres et d'arbustes appartenant au genre Quercus, ainsi qu'à certains genres apparentés, surtout Cyclobalanopsis et Lithocarpus de la famille des Fagacées.



Catégories :

Chêne - Fagaceae - Flore (nom vernaculaire) - Arbre - Bonsaï

Recherche sur Google Images :


Source image : www.papillon-poitou-charentes.org
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Origine : sur les 400 espèces, l'Europe possède le Chêne pédonculé, ... Utilisations : Le bois de chêne est particulièrement apprécié des sculpteurs car il est souple à ... Le Chêne commun (Quercus pedunculata) et le Chêne sessile (Quercus... (source : lesarbres)
  • mai 1998... Le chêne est un arbre «noble» qui est particulièrement utilisé en ébinisterie.... de 75 espèces uniquement en Amérique du Nord, dont : Q. rubra (chêne... (source : pages.infinit)
  • ... ArtBonsaï. Le chêne (Quercus) en bonsaï... Le chêne est assez sensible à bon nombre de maladies et parasites.... n'importe quelle forme à un chêne, les formes les plus adaptées à cette espèce sont essentiellement :... (source : artbonsai)


Le chêne est le nom vernaculaire de nombreuses espèces d'arbres et d'arbustes appartenant au genre Quercus, ainsi qu'à certains genres apparentés, surtout Cyclobalanopsis et Lithocarpus de la famille des Fagacées. Le genre est présent dans tout l'hémisphère nord, et comprend à la fois des espèces à feuilles caduques et d'autres à feuilles persistantes et dont l'aire de répartition couvre depuis les froides latitudes jusqu'aux zones tropicales de l'Asie et des Amériques.

Généralité

Les chênes possèdent des feuilles disposées de manière spiralée, comportant un bord lobé dans de nombreuses espèces; certaines ont des feuilles entières avec un bord lisse ou denté. Les fleurs sont des chatons qui apparaissent au printemps. Le fruit est un akène, nommé gland, fixé dans une structure nommée cupule ; chaque gland contient une graine (rarement deux ou trois) et met pour murir 6 à 18 mois selon l'espèce. Pour la zone tempérée, c'est un arbre élevé, s'élevant jusqu'à 40 m de hauteur (moins s'il est isolé). Son tronc est droit et puissant. Sa cime est importante. Il peut vivre jusqu'à 900 ans, et aisément plus de 500 ans, mais il est en Europe le plus souvent exploité avant 250 ans. Lorsque la plante est jeune et toujours peu élevée, on parlera de chêneau.

Une forêt de chênes est une chênaie. Le chêne forme fréquemment des forêts mixtes en association avec d'autres feuillus.

Le chêne est l'arbre le plus commun en France, avant le pin[1]. Il représente 40 % des essences, feuillus et conifères confondus[1]. Ils sont particulièrement utilisés en ébénisterie et menuiserie. Les chênes tricentenaires de la forêt de Tronçais (dans l'Allier) sont classés et interdits d'exploitation depuis 1899.

Classification

Icône de détail Article détaillé : Classification des chênes.
Un chêne blanc hybride, certainement Quercus stellata × Quercus muehlenbergii

Le genre est divisé en plusieurs sections :

Les hybrides sont courants seulement entre espèces au sein d'une même section; aucune hybridation vérifiée entre espèces de différentes sections n'est connue, à l'exception de celles entre espèces de la section Quercus et Mesobalanus, où plusieurs ont lieu.

Le genre Cyclobalanopsis, ici reconnu comme un genre différent, selon Flora of China, est fréquemment inclus dans d'autres classifications dans le genre Quercus comme un sous-genre.

Utilisation

Xérès s'affinant dans des tonneaux de bois de chêne
Section du tronc d'un chêne-liège, Quercus suber

Les chênes sont des arbres à bois dur. Le bois de chêne a une masse volumique comprise entre 0, 75 et 0, 85g/cm3. C'est un matériau particulièrement résistant et particulièrement dur. Sa résistance aux insectes ainsi qu'aux champignons (durabilité naturelle) est particulièrement importante grâce à sa forte teneur en tanin. Les grandes planches radiales de chêne sont prisées depuis le Moyen-Âge et servent à réaliser des boiseries d'intérieur de bâtiment prestigieux comme la Chambre des communes en Angleterre à Londres, et dans la construction de menuiserie fine. Le bois de chêne, du chêne pédonculé et du chêne rouvre était utilisé en Europe pour la construction navale jusqu'au XIXe siècle et les principales essences de bois utilisées dans la construction des charpentes en bois des bâtiments en Europe. Actuellement le bois de chêne reste fréquemment utilisé dans la menuiserie, la parquèterie, et la production de plaquage. Les tonneaux dans lesquels les vins rouges, xérès et d'autres spiritueux tel que le scotch whisky et le bourbon sont vieillis, sont des fûts de chênes. Les tonneaux de chêne contribuent à la saveur vanillée de ces boissons. Les copeaux de bois de chênes sont utilisés pour le fumage du poisson, de la viande, du fromage et d'autres produits alimentaires.

Parmi les chênes nord-américains, le chêne rouge d'Amérique Quercus rubra est le plus prisé pour son bois au sein du groupe Lobatæ. L'ensemble des espèces de ce groupe sont commercialisées comme "chêne rouge". Le bois standard des chênes du groupe Quercus, lesquels sont tous commercialisés comme "chêne blanc", est le chêne blanc Quercus alba. Le bois du chêne pédonculé Quercus robur et du chêne sessile Quercus petræa, tous deux à feuilles caduques, représente la plus grande partie de la production de chêne en Europe, mais les espèces persistantes, tel que le chêne vert Quercus ilex, et le chêne-liège Quercus suber produisent aussi un bois de valeur.

Utilisations de l'écorce

L'écorce de Quercus suber, ou chêne-liège, donne le liège qui sert habituellement à fabriquer les bouchons en liège. Cette espèce pousse sur le pourtour méditerranéen, ainsi qu'au Portugal. L'Espagne, l'Algérie et le Maroc sont les plus gros producteurs mondiaux. L'écorce de chêne pulvérisée donne le tan, utilisé pour la préparation des cuirs : l'écorce de chêne, riche en tanin, est utilisée par les tanneurs pour le tannage du cuir. L'écorce du chêne blanc est séchée et utilisée dans certaines préparations médicales.

Utilisations des fruits

Les glands peuvent être consommée par les humains (voir purée de glands). Les glands servent pour faire une farine ou grillés comme substitut de grains de café. Les glands sont aussi mangés par les animaux sauvages ou domestiques : les écureuils, les cerfs, les sangliers qui en sont particulièrement friands. Cependant, ils sont nocifs pour les équidés.

Les glands sont utilisés en Espagne pour l'alimentation des cochons qui vont servir à confectionner le jambon de bellota.

Utilisations des galles

On nomme noix de galle (ou galle du chêne) l'excroissance génèrée sur les feuilles de certains chênes par des piqûres d'un autre insecte, le cynips — la noix de galle est utilisée pour la confection de teintures ;

Les galles de chênes ont longtemps été utilisées comme ingrédient principal pour fabriquer l'encre, récoltées à une période précise de l'année.

Dans les campagnes, les galles (appelées "imoines" dans le Poitou), transpercées d'une allumette, offraient aux enfants de petites toupies pas chères... et biodégradables.

Ravageurs et maladies

La mort subite du chêne (Phytophthora ramorum) est génèrée par un oomycète, qui peut causer la mort des chênes en quelques semaines. Le flétrissement du chêne, génèré par un champignon Ceratocystis fagacearum (un champignon particulièrement proche de la graphiose de l'orme), est aussi une maladie létale qui touche certains chênes, en particulier les chênes rouges (les chênes blancs peuvent être infectés mais ils survivent le plus souvent plus longtemps). Parmi les autres risques, on trouve surtout les insectes foreurs mais aussi les insectes fouisseurs, dont la présence pourrait ne pas être évidente à détecter dans le cas des plus vieux arbres. Ces insectes sont alors fréquemment découverts quand les arbres tombent pendant de fortes rafales. Les pommes de chêne sont des galles qui se développent sur les chênes et sont causées par une espèce d'hyménoptère gallicole (famille des guêpes à galles). La femelle des cochenilles du genre kermes est responsable de la formation de galles sur le chêne kermès. Les chênes servent de plantes nourricières pour les larves de nombreuses espèces de lépidoptères.

Description

Le bord des feuilles est lobé, denté ou entier. Les feuilles sont simples et alternes. Le fruit est un akène, nommé gland, fixé dans sa cupule — le gland du chêne pédonculé possède un long pédoncule tandis que le gland du chêne sessile possède un pédoncule court.

On peut distinguer deux grandes catégories de chênes : ceux dont le feuillage est caduc, tombant en automne, quelquefois au printemps (chênes rouge, chêne chevelu, chêne pubescent, chêne tauzin et chêne rouvre)  ; ceux dont les feuilles sont persistantes, arbres poussant en particulier sur les rivages méditerranéens (chêne vert, chêne kermès et chêne-liège) ainsi qu'en zones subtropicales et tropicales en Amérique et en Asie. Les premiers, le plus souvent plus grands, ont des feuilles divisées en lobes ou crénelées ; les seconds ont des feuilles entières ou à dents épineuses. Les espèces tropicales ont des feuilles entières, identiques à la forme de certaines Lauracées (camphrier, etc... ). le bord de la feuille n'est pas denté. Les nervures sont particulièrement visibles.

Histoire du chêne en Europe

Antoine Kremer (directeur de recherche, Inra) a montré par l'étude des gènes de chênes et l'étude de pollens fossiles que lors des glaciations précédentes des populations de chênes ont survécu dans certaines zones-refuges actuellement localisées en Espagne, Italie et dans les Balkans avant de reconstituer les populations actuelles d'Europe. On cherche désormais à comprendre comment les insectes et les champignons associés aux chênes ont influencé leur biodiversité et leur adaptativité aux milieux qu'ils (re-) colonisaient. Ces recherches devraient aider à anticiper sur les réponses des arbres et forêts aux changements climatiques.

Trente à quarante pour cent des chênes sessiles et pédonculés européens poussent actuellement en France, ce qui en fait le second producteur mondial[2], après les États-Unis, et devant l'Ukraine qui pourrait bientôt dominer la filière bois de chêne car selon les modèles de prévision du climat (INRA), le chêne, comme le hêtre pourrait être menacé en France dans les décennies et siècles à venir. En 2004, la chênaie (pédonculé et sessile, fréquemment mélangés à d'autres essences) y couvrait en 2005 à peu près 5, 1 millions d'hectares, pour un volume estimé de 750 millions de mètres cubes de bois, avec une récolte qui a été en 2004, de 2, 6 millions de mètres cubes (90 % de sciage, 8 % de merrain, 2 % de tranchage, le tranchage étant en diminution régulière depuis 20 ans). En 2004, la France a aussi exporté quelques 130 000 m3 de grumes et 150 000 m3 de chêne de trituration. (tout en important 93 000 m3 de grumes en 2005). 850 000 m³ ont été sciés, mais le sciage est en recul depuis les années 1970.

Liste des espèces

Le genre Quercus compte 465 espèces. Elles sont essentiellement présentes dans les régions tempérées à subtropicales de l'hémisphère nord, avec une incursion en Indonésie, mais également dans les forêts tropicales d'altitude.

Nom binominal Nom vernaculaire
Quercus acutissima chêne du Japon
Quercus agrifolia chêne de Californie ou chêne vert de Californie
Quercus alba chêne blanc ou chêne blanc d'Amérique
Quercus berberidifolia
Quercus bicolor chêne bicolore
Quercus canariensis chêne zéen ou chêne des Canaries semi-persistant
Quercus cerris chêne chevelu caduc / marcescent
Quercus chrysolepis chêne des canyons ou chêne à cupule dorée ou chêne masse
Quercus coccifera chêne kermès ou chêne à cochenilles persistant
semi-persitant
Quercus faginea chêne du Portugal semi-persistant
Quercus gambelii Gambel oak (en)
Quercus ilex chêne vert ou yeuse persistant
semi-persistant
semi-persistant
persistant
Quercus libani chêne du Liban
semi-persistant
caduc
Quercus muehlenbergii chêne jaune caduc
Quercus montana chêne châtaignier caduc
Quercus myrsinifolia chêne à feuilles de myrsine
chêne noir
Quercus palustris chêne des marais
Quercus petræa chêne rouvre ou chêne sessile caduc / marcescent
persistant
Quercus pubescens chêne pubescent caduc / marcescent
Quercus pyrenaica chêne tauzin caduc / marcescent
Quercus robur = pedunculata chêne pédonculé (et non rouvre) caduc / marcescent
Quercus rubra chêne rouge caduc / marcescent
Quercus suber chêne-liège persistant
Quercus variabilis
Quercus velutina chêne quercitron

La densité du bois de chêne est comprise entre 0, 61 et 0, 98 (cœur : 1, 17). C'est un bois lourd, dur et résistant.

Les noms du chêne

Le mot indo-européen *doru (arbre) se retrouve dans le breton derw (chêne). Les langues slaves connaissent des formes comme le russe, le tchèque dub et le polonais dąb.

Il n'y a pas de mot indœuropéen spécifique au chêne, un arbre qui puise ses noms dans des couches linguistiques plus anciennes. Malgré la charmante étymologie populaire par le breton kàer gwez (celtique *kadro *uidhu) «bel arbre», le latin quercus, provient d'une vieille racine *kwar-k- (cf. finnois vaara «colline boisée»). Ce mot, dont on précisera qu'il était féminin comme l'ensemble des noms d'arbres en latin, survit en italien quercia et en corse querciu.

La racine *karr est à l'origine de mots latin cerrus, ibériques arte, karraska, carballo, occitan garric, garrolha, limousin jarri, berbère akarruš, slovène hrast.

La racine *aik, *aig explique les termes allemand Eiche, anglais oak et les mots grecs aigilops, krataigos.

Le chêne vert, le plus commun en pays méditerranéens, est nommé en catalan alzina, occitan auzina, espagnol encina, d'un dérivé *ilicina du latin ilex. Ce dernier donne les termes français yeuse, italien leccio, corse leccia.

Le mot «chêne» (en premier lieu chasne en ancien français) est attesté anciennement en latin médiéval sous une forme casnus (886), correspondant à un plus ancien cassinu (s) du celtique (gaulois) *cassăno-, peut-être *cassĭno- qui aurait évolué comme le latin fraxinus > frêne, le mot gaulois n'a pas de correspondance en celtique insulaire, peut être derivé de cassi- cf. irlandais cas «enchevêtré»[3]. C'est à dire, ce terme n'a pas été supplanté par le latin quercus, probablement du fait de l'importance qu'avait cet arbre pour les constructions et en particulier comme arbre saint du druidisme[4]. On peut distinguer des formes régionales : aire normande et picarde : quesne, queyne, franco-provençal et nord-occitan : chasne, quart nord-est chesne, chêne, sud-ouest cassou, casse (la cassagne). En Gascogne, ce nom s'applique aux grands chênes à feuilles caduques qu'on distingue du tauzin (Quercus pyrenaica) , précisément comme les Basques distinguent l'haritz pédonculé de l'ametz (tauzin) et de l'arte (yeuse). Les Bretons, eux, distinguent le tann (rouvre), du taouz (tauzin). Le mot tan (voir ci-dessus) est d'origine celtique *tanno- comme le breton, il a survécu assez longtemps au sens de «chêne» Cf. toponyme Tanis, Thenney, Tanay, etc. de *tannetu (m) «tannaie».

Le latin robur (attribué en taxinomie au chêne pédonculé), donne en français rouvre (rivoire) et explique les termes catalan roure et espagnol roble (noms génériques des chênes à feuilles caduques).

Les chênes-lièges s'appelaient en latin suber, à rapprocher du basque zuhar «orme», de zu (r) - «bois». On le retrouve dans les termes corse suvera, catalan alzina surera, portugais sobreiro et français sûrier.

Arbres remarquables

Le plus vieux chêne de France daterait de l'époque de Charlemagne. Il est localisé à Allouville-Bellefosse (Seine-Maritime). En Belgique, le plus vieux chêne se situe à Liernu. le plus vieux chêne d'europe est en Suisse, dans le Jura à Chatillon.

Certains chênes pédonculés ont un port fastigié, s'ouvrant progressivement avec l'âge (chênes pyramidaux).

Certaines variétés, comme le chêne pédonculé, peuvent vivre 1 100 ans !

A Cheillé, près d'Azay-le-Rideau, (Indre-et-Loire), un chêne plusieurs fois centenaire, pousse dans le mur de l'église Saint-Didier. Le tronc et les racines de ce beau chêne pédonculé s'enfoncent à l'intérieur du mur.

Symboles

- En France, le roi Saint Louis rendait justice sous un chêne majestueux.
- En Grande-Bretagne, Robin des Bois avait son quartier général dans un chêne de la Forêt de Sherwood.
- en Allemagne : les pfennigs et centimes d'euros de ce pays sont illustrés par un rameau de chêne.
- en France : les monnaies en franc portaient fréquemment une couronne d'olivier et de chêne.

Vertus médicales

L'écorce, les glands et les feuilles, riches en tanins, possèdent un pouvoir astringent particulièrement puissant.

Références

  1. ab Site de l'ONF
  2. TOPPAN E. [2007]. «L'économie des chênaies : du local à l'mondial». in Forêt-entreprise 173 : 13-16 (4 p., 3 fig., 6 tab., 1 réf. )
  3. Pierre-Yves Lambert, La langue gauloise, edition errance 1994.
  4. Oscar Bloch, Walther von Wartburg, Dictionnaire étymologique de la langue française, PUF éd. 1960.

2. A. le Hardÿ de Beaulieu & T. Lamant[2006]. Le guide illustré des chênes. Editions du Huitième.

Références taxonomiques

liens externes

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Ch%C3%AAne.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 27/05/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu